Arguments

  • Profil de Nambi Nintsoa

    Comme Nathalie Dumas, je me pose quelques questions: qui font partie des "familles défavorisées"? comment les évalue-t-on? Dans quel(s) secteur(s) se trouvent-ils?

    La qualification "familles défavorisées" me fait un peu hésiter, car si on dit qu'elles gagnent un revenu entre X$ et (X+1)$, que dirait-on de celles qui ont (X+2)$? La différence au niveau du revenu n'est pas énorme.

    Aussi, Julie Phaneuf affirme que son regroupement offre des activités gratuites pour les tout-petits, mais a de la difficulté à les rejoindre.

    Je crois qu'il est d'abord nécessaire de bien faire connaître les activités existantes aux familles cibles et de leur expliquer leurs avantages, principalement pour les enfants. Aussi, afin de favoriser la participation de cette clientèle cible, il est important de bien s'assurer que ces activités rejoignent leurs intérêts. Dans le cas où l'on enregistre un taux de participation faible, une analyse approfondie s'impose afin de déterminer la/les raison(s). Les résultats permettent de statuer s'il faudrait bonifier ou améliorer les services déjà offerts.

    Aussi, je dirais oui à la gratuité des activités SI les moyens des municipalités le permettent. Autrement, une participation à faible coût constituerait une option intéressante.

    0

Votes